Fernand Khnopff : le flou identitaire

Artiste belge, lié à la mouvance symboliste, proche de Péladan et du mouvement de la rose+croix, Fernand Khnopff a produit une œuvre intéressante pour qui étudie le thème de l’identité.

En effet, Khnopff c’est d’abord une personnalité hors normes. Plutôt mal considéré par ses contemporains, la réception de son œuvre est mitigée. Timide, exclu des mondanités, il vit reclus dans son atelier, se consacrant entièrement à son art.
Mais Khnopff a également une autre passion : sa sœur. Omniprésente muse dépeinte sous milles visages et pourtant toujours égale.  L’artiste la photographie, puis la peint, inlassablement.

Capture d’écran 2013-10-19 à 15.32.10 Lire la suite

Publicités

Whistler : peinture et poésie

Whistler, nocture en bleu et or, 1872-5

Whistler, nocturne en bleu et or, 1872-75, huile sur toile, Tate, Londres.

(Reprise d’un travail universitaire)

« Ce que le tableau représente ? Cela dépend de celui qui le regarde».

Ces propos, Whistler les tient lors d’un procès qui l’oppose à Ruskin, célèbre critique d’art de l’époque, en 1878.
En effet, cette même année Whistler exposait certaines de ses Nocturnes, lesquelles inspirent à Ruskin des propos que l’artiste juge insultants : le critique accuse l’artiste d’avoir jeté un pot de peinture à la face du public. Whistler lui intente alors un procès qui fera grand bruit. L’avis de Ruskin est en effet largement partagé par ses contemporains : loin d’apprécier la poésie qu’on lui reconnait aujourd’hui ils n’adhèrent pas à la nouvelle esthétique mise en place par l’artiste. Une esthétique notamment incarnée par l’œuvre Nocturne en bleu et or le vieux pont de Battersea, fer de lance du procès.

Quels sont les principes de cette nouvelle esthétique et pourquoi fut-elle aussi âprement rejetée par ses contemporains ?

Lire la suite