Les collages de Joe Webb

Giant Leap, collage, 2014.

Giant Leap, collage, 2014.

Joe Webb, graphiste anglais de profession, élabore d’étonnants collages arborant une esthétique surréaliste.
Las de travailler le plus clair de son temps devant un écran d’ordinateur et plus largement de l’omniprésence de la technologie dans son quotidien, Joe Webb abandonne de temps à autre son ordinateur pour réaliser manuellement des collages.
Le choix judicieux des images combinées et la précision dont il fait preuve dans les raccords de ses collages donnent parfois l’impression qu’ils ont été créés ou retravaillés par ordinateur. Il opère cependant sans support numérique et sans retoucher ses images.

Les collages de Joe Webb sont réalisés à partir d’images découpées qu’il déniche dans d’anciens magazines dont la plupart proviennent des années 1950. Comme il l’explique, il se limite à deux ou trois images pour confectionner ses collages. Il les assemble ensuite en une seule en gardant pour « objectif de communiquer un nouveau message ou une nouvelle idée » avec celle-ci. Dans l’entretien qu’il livre au Huffington Post, Webb évoque notamment de façon très claire son parti-pris de toujours vouloir signifier quelque chose au travers de ses œuvres.

En effet, ses collages ne sont pas le résultat d’une simple juxtaposition d’images prises au hasard. Pour chacun d’entre eux, Joe Webb peut passer plusieurs heures avant de trouver des images qui une fois combinées, produisent du sens. Tantôt poétiques, tantôt dans un registre plus grave, ses collages ont toujours quelque chose à révéler et tendent parfois même à dévoiler une part de beauté dans la gravité.
Des enfants qui regardent des écrans alors qu’ils sont dans la nature, l’enfant en pleurs à qui l’on tend une simple boîte de mouchoirs en guise de réponse à sa détresse, sont des collages qui interpellent ou choquent au même titre que d’autres nous émerveillent.

Dans ses collages, Joe Webb confronte souvent des scènes quotidiennes – des enfants qui jouent ou des personnes qui regardent la télévision – à des images représentant l’espace et l’univers, le ciel ou des catastrophes météorologiques ou encore à des scènes de guerre ou apocalyptiques, qui toujours les dépassent. Et c’est sans aucun doute cette même union de l’innocence ou de l’insouciance des personnages faisant face à l’immensité ou à l’incontrôlable, qui donne toute sa puissance à ses productions.

SH


Site personnel de Joe Webb : http://www.joewebbart.com/

Publicités

Laissez nous un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s